Chael Sonnen explique quelle devrait être la punition de Jon Jones


L’analyste d’ESPN Chael Sonnen ne manque pas de mots en ce qui concerne la dernière arrestation de l’ancien champion des poids mi-lourds de l’UFC Jon Jones.

Le 24 septembre, un jour avant le coup d’envoi de l’UFC 266 à Las Vegas pour la semaine des combats internationaux, Jon Jones aurait été arrêté pour violence domestique et blessures/altération de véhicule. Bien sûr, cela s’est produit environ douze heures après que Jones et Alexander Gustafsson eurent leur guerre de 2013 gravée dans le Temple de la renommée de l’UFC. Souvent critiqué pour son incapacité à s’éloigner de sa propre ombre, le dernier comportement de Jones est en violation de la Code de conduite de l’UFC.

Alors que certains se sont demandé si Jones devrait rester dans l’UFC, il semble que Chael Sonnen pense que cela pourrait s’avérer inefficace pour pousser Jones. Sonnen a parlé de son Chaîne Youtube expliquant quelle devrait être la bonne punition pour la dernière infraction de Jon Jones.

« Si Jon était libéré, je comprends que sa valeur diminuerait énormément. Sa valeur ne vaut que ce que le marché apporte. Si le plus gros joueur sort, votre marché baisse. Tout de même, vous êtes redevenu actif », a expliqué Sonnen dans un récent vidéo.

« Une punition plus lourde, à certains égards, est de le faire continuer à faire ce qu’il fait en ce moment. Il n’a pas de sponsor à proprement parler. Il n’a pas de chèque de paie d’aucune sorte. Il n’a pas de licence active. Il n’a pas de contrat, quelque chose à espérer. dit Sonnen.

Après le comportement criminel de Jones, l’UFC n’a pas encore pris de mesures formelles et attend toujours la fin des procédures judiciaires. En attendant, avec leur statut actuel, Jones est toujours sous contrat pour combattre à l’UFC. Alors que l’histoire de l’arrestation de «Bones» continue de se dérouler, MMANews.com vous tiendra au courant et vous informera si l’UFC décide de prendre des mesures disciplinaires.

Pensez-vous que Jon Jones devrait être libéré par l’UFC ?



Article original